retour accueil sam
Sans Commune mesure



Devant le parlement suprême où repaissent nos représentants
On a élu leurs faces blêmes pour décider de nos vivants
Bien à l'abri, se barricadent, et les verrous à leurs fenêtres
Se convaincant, ils se fardent, que le peuple admire leur paraître

Dans les dorures de leurs salons, et sur le cuir de leurs coussins
Dans le cristal de leurs lampions, ils imaginent le genre humain
Ils se disent quel honneur de présider à ces troufions
Et de conduire, de faire éclore, ces futures chairs à canon

Ils imaginent nos détresses entre deux gorgées de champagne
Et ils font leurre de nos promesses dans leurs châteaux de campagne
Le prix du son, le prix du sang, et le prix de notre sans-plomb
Et leurs sans-gêne en attendant accueille Total au balcon

Ils organisent notre détresse avec la communication
Notre malheur c'est la paresse, notre bonheur leur élévation
Avec la troupe d'entrepreneurs, de généraux, de dirigeants
Le collectif est bien le leur, camarade choisit donc ton camp

Ils nous divisent pour que leur règne soit vue comme une bénédiction
Ils nous enchaînent pour que l'on crève sans aucune désapprobation
Ils sont les rois démocratiques contestant les révolutions
La mode est aux devoirs civiques, l'opposition est en prison

Ils nous font chanter les louanges et les bienfaits considérables
De la droiture de notre France et des Droits de l'Homme louables
Notre Nation vue par le monde comme protectrice des chiens
Leurs compères dirigent la pénombre dans tout l'État Françafricain

Et pour ne pas que l'on s'offense, le cynisme est poussé si loin
Qu'ils nous font croire à l'alternance, mais au même corps sont les deux mains!
Ils fréquentent les mêmes lieux et payent les mêmes additions
Les mêmes avions, les mêmes banlieues, et les mêmes copains grands-patrons

Partagent les repas du dimanche, boivent le même Saint-Emilion
Va falloir retrousser nos manches, briser leur manipulation
Assez de s'en remettre à ceux qui nous ont insulté hier
Créons notre règle du jeu et chassons-y les tortionnaires

Et peut-être demain tous ensembles, l'on construira notre chemin
Nous chasserons ce qui engrange le manque de temps et de pain
La misère est universelle et l'outil qui la créée aussi
Que les cinq continents se lèvent d'abord Maintenant et Ici.



Retour "TeXteS"



www.Alternartiste.net | Accueil | Textes | Musik | Liens | Contact | www.Edo-com.com