retour accueil sam
Les Corbeaux



Paraît que les corbeaux ont mangé les nuages et ont produit leurs fientes sur nos chers étalages où l’on pouvait trouver de l’espoir à tout âge…Paraît qu’ils ont volé jusqu’à percer le jour et s’en sont revenus empreint de beaux discours, à inquiéter froidement nos rêves de carrefour.
Ils ont quitté le ciel, ont rencontré la lune, perdus dans l’univers sans aucune amertume
Et alors noirs sur noir, ils ont pris la parole, et sur leur bec brun empli de paraboles
Se sont laissé aller à conter leurs envies
De nous voir tous ici, vous et moi réunis,
Sous la terre desséchée, morts et ensevelis.

Ne leur en veuillez donc point, ils ne sont pas cruels
Mais dès lors qu’un de nous leur a brisé les ailes
Leurs soucis de Pardon se mesurent à une toute autre échelle.
Ils en ont bien conscience, mais que voulez-vous donc
S’ils ont touché le fond il ne leur reste qu’une chance
De produire l’expansion de leurs sombres vengeances.

Alors ils fonderont tels à travers la pluie
Piquer sur notre front la pâleur de nos vies
Nous les reconnaîtrons, ne seront pas surpris
Et les implorerons qu’aujourd’hui est fini.
Ils se rappelleront qu’on leur a dit hier
A peu près mots pour mots la conduite exemplaire
Que nous irions tenir comme nos propres bannières.
Alors ils fonderont tels à travers la pluie
Piquer sur notre front la pâleur de nos vies.

Délices des corbeaux, la plume sur nos os
Qu’ils auront déposée en signe de reconnaissance
Restera quelques temps, le temps des souvenances
Et fera sur nos corps l’oraison d’un drapeau,
Flottant et Noir,
Sur l’ombre,
De nos mémoires…



Retour "TeXteS"



www.Alternartiste.net | Accueil | Textes | Musik | Liens | Contact | www.Edo-com.com